mardi 9 décembre 2008

Tropicalia 7, 8/12, la playlist…

Seu Jorge, commémoration des 8 années de MPB FM, le 26 novembre,
salle Vivo Rio (photo Daniel A)


Générique : YAMANDU COSTA : « Lamentos do morro » (Garoto)

LENINE : « Magra » (Lenine/ Ivan Santos)
MARIA RITA : « Tá perdoado » (Franco/ Arlindo Cruz)
PEDRO LUIS E A PAREDE : « Santo samba » (Pedro Luis)
NEY MATOGROSSO : « Um Pouco de calor » (Dan Nakagawa)
SILVIA MACHETE (& EDU KRIEGER) : « Curare » (Bororó)
CIDADE NEGRA & LULU SANTOS : « Sábado à noite » (Lulu Santos)

Pendant ce temps, sur les radios FM de Rio…
Enquanto isso , nas ondas FM do Rio…

MART’NÁLIA : « Ela é minha cara » (Ronaldo Bastos/ Celso Fonseca)
VANESSA DA MATA : « Amado » (Vanessa da Mata/ Marcelo Jeneci)
SKANK : « Aindo gosto dela » (Samuel Rosa/ Nando Reis)
SEU JORGE : « Burguesinha » (Seu Jorge/ Gabriel Moura/ Pretinho da Serinha)
ALCIONE : « Não deixe o samba morrer » (Edson/ Aloísio)
JOTA QUEST : « La Plata » (Flausino/ Buzelin/ Lara/ Fonseca/ Diniz)
MARISA MONTE : « Não é prohibido » (Marisa Monte/ Seu Jorge/ Dadi)
MARCELO CAMELO (& MALLU MAGALHÃES) : « Janta » (Marcelo Camelo)
ZECA PAGODINHO : « Uma Prova de amor » (Nelson Rufino/ Toninho Gerães)
PAULA TOLLER : « Saúde/ Só love » (Rita Lee/ Roberto de Carvalho/ Mc Buchecha)

Mais encore/ e ainda...

MARCELO CALDI & FABIO LUNA :
« Ainda me recordo » (Pixinguinha/ Benito Lacerda)

ZÉ RENATO : « Ninguém vai tirar vocé de mim » (Hélio Justo/ Edson Beito)
ZÉ RENATO : « Com que roupa ? » (Noel Rosa)
BOSSACUCANOVA + CARLOS LYRA + PEDRO LUIS + LEO GANDELMAN : « Influência do jazz » (Carlos Lyra)

BOSSACUCANOVA + ROBERTO MENESCAL + FERNANDA TAKAI :
« O Barquinho » (Menescal/ Boscoli)


ANNA LUISA :
« Cachaça mecanica » (Erasmo Carlos/ Roberto Carlos)

ZECA BALEIRO : « Vocé se foi » (Zeca Baleiro/ Totonho)
TONI PLATÃO : « Amor meu grande amor » (Angela RôRô/ Ana Terra)
JACKSON DO PANDEIRO : « A Ordem é samba » (Jackson do Pandeiro/ Severino Ramos)
NEY MATOGROSSO & PEDRO LUIS E A PAREDE : « A Ordem é samba » (Jackson do Pandeiro/ Severino Ramos)

Le Dvd "Nosso" de Paula Toller...vers un succès de vente digne de Kid Abelha?

Assez étonnement (mais pas tant que ça finalement), la récolte musicale de ce voyage au Brésil fut majoritairement constituée de dvd’s. Et pour la première fois, le budget dans l’investissement de ce produit a largement dépassé celui des cd’s. Je vous livre ici la liste des nouveautés que j’ai pu ramener…

-ELBA RAMALHO : « Raizes e Antenas » (Atração fonográfica)

-CELSO FONSECA : « Ao Vivo » (EMI)
-MARTINHO DA VILA : « O Pequeno Burguês » (MZA)
-OS DOCES BÁRBAROS (Gil, Gal, Bethânia, Caetano), o filme de Tob Azulay (Bicoito Fino)
-LUIZ MELODIA : « Especial MTV, Estação Melodia ao vivo » (Biscoito Fino)
-PAULA TOLLER : « Nosso » (Posto 9 musica)
-LÔ BORGES : « Intimidade » (Som Livre)
-PAULA LIMA : « Samba Chic » (Warner)
-HAMLETO STAMATO SEXTETO : « Gafieira Jazz » (Delira)
-UM BARZINHO, UM VIOLÃO : « Novela 70 » (Universal )
-LEONI : « Ao Vivo » (Som Livre)
-MARISA MONTE : « Infinito ao meu redor » (EMI)
-TONI PLATÃO : « Pros que estão em casa » (EMI)
-BOSSACUCANOVA : « Uma Celebração aos 50 anos da Bossa Nova » (Batida diferente)
-OMARA PORTUONDO & MARIA BETHÂNIA : « Ao Vivo » (Biscoito Fino)
-Uma Noite NOEL ROSA (varios artistas)- (Universal)
-SILVIA MACHETE : « Eu Não sou nenhuma Santa » (EMI)

PAULA TOLLER: "Derretendo satéllites"


4 commentaires:

Jacques A. a dit…

Bien venu au bercail Daniel! Tu nous racontes tes concert?

Cousin Hub a dit…

Salut Daniel. Moi aussi je trouve que Vanessa da Matta na casse pas des briques. Ce que tu as passé en radio est vachement mièvre...ciao!

Cousin Hub a dit…

Salut Daniel. Moi aussi je trouve que Vanessa da Matta na casse pas des briques. Ce que tu as passé en radio est vachement mièvre...ciao!

Ségolène a dit…

Difficile à croire que cette Paula Toller est brésilienne! Rien que le nom! (-:

CE BLOG EST DÉDIÉ AUX CURIEUX QUI AIMERAIENT CONNAÎTRE L'ART ET LA MUSIQUE POPULAIRE BRÉSILIENNE. UNE OCCASION POUR LES FRANCOPHONES DE DÉCOUVRIR UN MONDE INCONNU OU IL EST DE MISE DE LAISSER SES PRÉJUGES AU VESTIAIRE.