mardi 30 septembre 2008

La Bossa Nova : définitivement élitiste ?

Joao Gilberto, Théâtre Municipal, le 24 août 2008 (photo Beti Niemeyer)

Bien sûr la commémoration des 50 ans de la Bossa Nova ne fut pas uniquement synonyme d’évènements selects inaccessibles pour le plus grand nombre. Mais pour tous les amateurs, il est clair que l’annonce du concert de João Giberto –la figure de proue du mouvement- représentait le point culminant de cet anniversaire. Un moment musical historique qui avait été programmé dès le mois de mars dernier. De même quand il fût annoncé que, la même semaine, Roberto Carlos et Caetano Veloso allaient se réunir pour interpréter quelques chef-d’œuvres de la période Bossa d’Antonio Carlos Jobim, tant la rencontre que le répertoire allaient constituer un moment à graver dans l’histoire de la musique brésilienne. Je me doutais bien, dès lors, qu’il ne serait pas facile d’y assister. Ces deux shows n’étaient prévus que pour deux dates à São Paulo, une à Rio, et une dernière à Salvador de Bahia, dans le cas de João. Et cela dans des salles de contenance moyenne : 2.500 personnes tout au plus. Parmi les artistes brésiliens que j’ai pu rencontrer le mois dernier, on distinguait deux catégories. Celle qui avait été invitée, et qui préférait ne pas commenter ; et celle qui, comme Teresa Cristina, avait une opinion bien tranchée sur le sujet. Tandis que João Gilberto jouait le 24 août dans le centre ville de Rio, cette grande chanteuse se produisait ce même jour avec Jussara Silveira et Rita Ribeiro au Théâtre Municipal de Nitérói. Voici ce que Teresa me confiait au sujet de ces évènements ‘bossanovistas’, lors d’une interview, le 2 septembre dernier…

Le même 24 août, Teresa Cristina au Théâtre Municipal de Nitéroi (Photo Daniel A)

« Je trouve que ce fut une grande erreur d’avoir annoncé ces shows dans les médias d’une manière si ostentatoire. Ce fut plutôt cruel vis-à-vis du public.
La banque Itaú a décidé de mettre sur pied ces concerts en hommage aux 50 ans de la Bossa Nova ?…Très bien ! Sauf qu’au final, elle a pris la décision de constituer le public de ses propres invités, c’est-à-dire les grands clients de la banque, et d’artistes ou personnalités de la ‘jet set’ brésilienne. Ils donnèrent l’illusion que n’importe qui pouvait acheter un ticket alors que 85% de l’auditoire était invité. Il restait dès lors 15% de places à vendre pour des vrais amateurs de musiques qui ont dû faire la file depuis la veille au soir. Une absurdité ! Et les places qui restaient étaient au pigeonnier, bien entendu… » « …Personnellement, je n’ai jamais vu un show de João Gilberto, et quand les médias ont annoncé l’évènement, je me suis dit : « Caramba ! je vais enfin pouvoir voir cette légende vivante! »...Quelle naïveté de ma part ! Il est clair que je le verrai probablement plus jamais de ma vie… » « …Avec le recul, je trouve que ce fut surtout malhonnête envers la propre ville de Rio et ses habitants. La Bossa Nova est un mouvement exclusivement carioca. Quelle est la vision qu’elle nous donne… La fille d’Ipanema qui marche langoureusement dans la rue, qui se rend à pied de sa maison vers la plage, et autour de tout cela, on imagine la mer, la brise, le ‘barquinho’ (petit bateau)…Tout l’imaginaire de la Bossa nova qui est un imaginaire populaire ! Tous ces éléments appartiennent aux cariocas. Ils ont tous accès à cette mer, ce soleil, ces images de douceur, quelle que soit leur condition sociale. Et cela même si la Bossa Nova est née dans les appartements de la classe aisée, et qu’elle fut créée par des musiciens issus d’un milieu favorisé. L’univers de la Bossa appartient aux habitants de Rio. Sauf que quand l’heure sonna de commémorer les 50 ans du mouvement, on a décidé que le point d’orgue serait des shows élitistes, qui se dérouleraient au Théâtre Municipal de Rio qui, soit dit en passant, n’est déjà pas l’archétype même du lieu démocratique. On ne s’y rend pas en short ! Pour résumé, ce furent des concerts organisés par des sponsors pour leurs clients. Pour le concert de Roberto Carlos et Caetano Veloso (NDLR : le 22 aôut dernier) où les deux artistes ont chanté Jobim, je connais des musiciens qui ont joué avec Tom (Jobim) durant des années et qui n’ont pas pu obtenir des places…Qui suis-je, dès lors, pour me plaindre de ne pas eu avoir accès à cet évènement…Ne suis-je pas assez ‘carioca’ que pour entrer dans le Théâtre Municipal ?(elle rit) »

-Tu es une grande chanteuse de samba, mais pour le coup, il aurait mieux valu que tu sois une actrice de ‘novela’…
« Sans aucun doute ! Mais pour terminer là-dessus, qu’on ne me parle pas de commémoration ! Ce fut une fête privée, qui a le même intérêt que si elle s’était déroulée dans le propre appartement de João Gilberto…. »

Caetano Veloso et Roberto Carlos: le 22 aout 2008, Théâtre Municipal (photo Beti Niemeyer)

Si cet avis fut partagé par la plupart des cariocas, je fus étonné de ne rien en lire dans la presse…sans doute déjà ravie d’avoir reçu des invitations de manière parcimonieuse ! Quant à moi, j’avais écrit à l’époque à un des participants au projet (la Factoria comunicaçao) -dont je connaissais un des principaux responsables-, dès que la nouvelle des concerts était tombée sur les téléscripteurs. Nous étions donc en mars dernier, six mois avant les shows, et je demandais simplement s’il y avait une possibilité de me réserver une place payante, étant donné la difficulté pour moi d’en acquérir une, habitant loin de la 'cité merveilleuse'. On me signala que ce ne serait pas possible, car il n’y aurait pas de passe-droit. Tout le monde sur la même ligne de départ ! Ah bon? Je ‘colle’ ici, une partie du mail qui me fut retourné : « Foi uma decisão visando beneficiar o público, para que o maior número de ingressos possível esteja disponível quando abrirem as vendas. Sinto não ter como ajudá-lo, nesse caso. ». Traduction : « Ce fut une décision visant à favoriser le public, pour que le plus grand nombre de billets soient disponibles quand la vente de ceux-ci commencera, je regrette de ne pas pouvoir t’aider dans ce cas-ci… ». Je me pliai à cette réponse qui honorait la production -à priori- mais qui, après coup, me fit plutôt sourire. Là où je fus davantage déçu par contre, c’est quand je pris connaissance que João Gilberto lui-même avait refusé que la Banque Itaú installe des écrans géants en dehors du théâtre, pour contenter le public en attente. Drôle de commémoration vraiment…

Interview (en portugais): Roberto et Caetano, Programme 'Fantastico' (24/08/08)

7 commentaires:

Vincent Remacle a dit…

Entièrement d'accord avec toi Daniel,Joao Gilberto et la Bossa sont connus dans le monde entier...Ce devait être un événement historique! Il aurait même fallu que le légendaire chanteur fasse une tournée mondial, il aurait rempli les salles de la planète!

Marcio a dit…

Tiens, Daniel, une petite experience vécue ça fait deux ans: j'ai su - trois mois en advance -
que Keith Jarrett (un de mes musiciens préferés) se présenterait solo à Paris exactement quand je
serais là-bas. J'ai immediatement essaié d'acheter des billets au site de la Salle Pleyel.
Malhereuxment ils étaitent déjà épuisés. Une décepcion pour moi, mais ça c'est la realité quand
on parle d'un tel spectacle: il faut se battre pour avoir un billet! (Plus tard j'ai lu que
quelques billets pour Keith Jarrett ont été offerts chez E-bay: environ €300 chaq'un ...).

Brésil, 2008: le 5 septembre j'ai eu le privilège de voir le show de João Gilberto à Salvador, ma
ville natale. Mais il ne s'agite pas de chance: j'ai acheté des billets d'avion 4 mois en advance
et, pour trouver des tickets pour le show, une personne de ma famille a fait la queue pour
presque 9 heures depuis la veille. Des folies? Peut-être, mais totalment justifiées: à mon avis,
le show a été inoubliable! Par dèla sa technique, JG a montré son côté emotienel, particulièrement en momments comme "Acalanto" de Dorival Caymmi, qu'il n'avait jamais chanté en publique.

Les chifres à Rio e à São Paulo, je ne les connais pas, mais à Salvador le Teatro Castro Alves a
1547 places dont environ 300 on été reservés aux sponsors et a l'entourage de João Gilberto -
beaucoup de ses parents étaient là. Il n'y avait que 7 ou 8 mètres entre ma place (pas de
pigeonnier, à la 5me file) et l'attraction de la soirée.

C'est vrai que 4 shows de João Gilberto à São Paulo, Rio de Janeiro et Salvador sont très peu
pour son importance, que transcende celle de la Bossa-Nova (JG lui mêmme ne se considere pas un chanteur de BN, mais plutôt de samba). Est-ce que la Bossa-Nova est dévénu définitivement
élitiste? Je ne sais pas. Lá vérité c'est que, malgré son importance comme style musical, la BN n'a jamais été vraiment populaire au Brésil, si on parle de ventes de disques e de shows pour des milliers de personnes. C'est dommâge que JG n'a pas accepté l'installacion des écrans géantes. Mais ce sommes nous que nous adaptons à lui, pas le contraire ...

Finalement, je ne sais pas bien ce que Teresa Cristina veut dire avec "La Bossa-Nova est un
mouvement exclusivement carioca". C'est une déclaracion au minimum malhereux! La bonne musique
n'a pas besoin de frontières! TC a commencé sa vie professionelle en 1998. Entre 1998 e 2003 João
Gilberto s'est présenté plusieurs fois à São Paulo (mois, je l'ai vu la prémière fois en 2001,
dans une saison de deux semaines chez "Tom Brasil"). S'elle n'a personellement jamais vu un show
de João Gilberto, c'est parce qu'elle ne l'a jamais vraiment volu! Après tout, le monde musical
n'est pas fini à Lapa ...

Ágatha a dit…

Olá Daniel,

Me indicaram o teu blog mas percebo que fala de música brasileira no teu idioma.Pena não falo Francês!Hum...Tem música!Martinália e Zeca Baleiro?!Adoro!De qualquer jeito, quero lhe dizer que seu blog é muito simpatique!Fico feliz em perceber nossa música atravessando fronteiras...

Voltarei para ouvir as músicas!

Prazer!

Daniel Achedjian a dit…

Cher Marcio, encore désolé de te répondre sur le tard...Tu as eu beaucoup de chance d'avoir pu assiter à Joao à Salvador, sa ville natale! Il a en effet chanté des titres qui sont peu communs à son répertoire comme ce Caymmi, mais aussi "Chove la fora" de Tito Madi. Je crois que beaucoup de gens rêvent d'un dvd..."mas em vao!" provavelmente.
Teresa Cristina parle des thèmes des chansons qui sont typiquement de Rio, mais pour le reste, je respecte ses idées. On sentait surtout beaucoup d'amertume de ne pas avoir pu assister au show. Cela se comprend. Personnellement j'ai eu la chance de voir Joao en 1989 à Bruxelles, 1993 ou 94 à Rio, et en 2003 à Paris, donc je n'étais pas frustré. Merci pour ton commentaire, valeu, abraço...

Daniel Achedjian a dit…

Ola Agatha, se me permita, vocé foi um pouco preguiçosa pois tem postes nas duas idiomas, vai poder conferir logo, volte sembre, abraço...

Maria Dias a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Yannick a dit…

Cher Daniel, je découvre avec plaisir ton blog.
J'ai habité a Sao Paulo en 2008 et ai eu la chance de voir Joao Gilberto en concert grace a un miracle. Je m'étais "trompé" en croyant que la vente sur internet débutait a 9h alors que la plupart des personnes croyaient qu'elle débuterait a 10h. La vente a bien débuté a 9h, mais ça n'a pas été facile pour autant, surtout que je ne pouvais me payer que les places du "secteur populaire" (c'est-a-dire les 2 dernières rangées; secteur obligatoire car l'Auditorio Ibirapuera est municipal) a 30 reais, le reste des places étant a 360 reais (ce qui n'est pas donné a tout le monde).
La population a été sensiblement déçue par:
- le prix élevé
- le fait que sur les 2 soirs, il a semblé qu'au moins 400 des 800 places avaient été offertes par Itau aux vedettes et a leurs clients.
Des connaissances n'ayant pas réussi a trouver de billets étaient venues. Puisque certaines personnes (certainement celles qui avaient été invitées) ne sont pas venues, les places libres ont été tirées au sort. Mais au prix d'une certaine persévérance.
On peut également noter que Joao Gilberto est arrivé avec plus d'1h30 de retard.

Pour le concert de Roberto Carlos et Caetano Veloso en revanche, je n'ai pas réussi a avoir de places. Le sort a décidé cependant qu'après plus d'une heure d'attente et de lamentations auprès de la personne chargée de remettre aux "VIP", je sois tiré au sort pour utiliser une des 4 places qui restaient.

Deux souvenirs mémorables, deux concerts magiques.

CE BLOG EST DÉDIÉ AUX CURIEUX QUI AIMERAIENT CONNAÎTRE L'ART ET LA MUSIQUE POPULAIRE BRÉSILIENNE. UNE OCCASION POUR LES FRANCOPHONES DE DÉCOUVRIR UN MONDE INCONNU OU IL EST DE MISE DE LAISSER SES PRÉJUGES AU VESTIAIRE.