vendredi 12 novembre 2010

Guinga au CCB de Lisbonne.

Guinga, 10/11, CCB Lisboa (photo Daniel A.)
-texto português em breve

Dans le quartier de Belém, entre le célèbre Monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jeronimos) et le monument des Grands Navigateurs (monumento dos Descobridores) situé sur le Taje, on trouve l’imposant Centre Culturel de Belém qui impressionne par ses points de fuites et ses lignes droites dont la rigueur est atténuée par un jeu de plans inclinés et le ton beige des pierres de pays.
C’est dans ce CCB que se produisait, ce 10 novembre, Guinga, accompagné par les autres virtuoses que sont Lula Galvão (guitare) et Gabriele Mirabassi, pour le show intitulé « Casa de Vila ». Une belle surprise dont je pris connaissance en dernière minute pour ce premier jour de transit dans la capitale portugaise -plus belle que jamais dans cette période pré natale- avant de me plonger dans la fournaise sud américaine, la semaine prochaine.

La cour centrale de Centro Cultural de Belém (photo Daniel A.)

En réalité, le concert de Guinga représentait un petit événement en soi.
Assez étonement, ce grand compositeur et guitariste, qui a participé à de nombreux festivals hors de ses frontières, n’avait jamais joué au Portugal. Et sans démagogie aucune, l’artiste, qui est de nature franchement timide, évoqua sa venue avec émotion : « J’ai joué dans le monde entier et en Europe, particulièrement en Italie, et je n’ai jamais ressenti ce que je ressens maintenant…J’ai visité la ville, et j’ai vécu quelque chose d’indéfinissable qui me fait mieux comprendre mon propre pays…S’il vous plaît, invitez-moi encore ! », dit-il en s’adressant à Monsieur Mário Vilalva, le nouvel Ambassadeur du Brésil en place à Lisbonne, qui venait de prendre ses fonctions quelques jours auparavant. Un Ambassadeur très à l’aise, qui n’a pas hésité à monter sur scène pour présenter le musicien, tel un organisateur d’événement. Il faut dire que l’Ambassade, elle-même, était partie prenante dans l’organisation du concert. De là, un public plutôt guindé (les costumes-cravates dominaient) venu assisté à la représentation de l’artiste qui fêtait ses 60 ans, dont 30 années de carrière.

Lula Galvao, CCB Lisbao, 10/11 (photo Daniel A.)

Alternant les lignes mélodiques avec Lula Galvão et Gabriele Mirabassi, Guinga revisita ses dix albums studio (qui s’étalent de 1991 à 2009) en une quinzaine de titres parmi lesquels ne pouvaient manquer Cheio de dedos, Catavento e girassol, Cine baronesa ou Senhorinha, un des rares titres chantés par le guitariste.
En résumé, ce fut une soirée chic (et pas cher !), et un concert que l’on qualifierait au Brésil de « biscoito fino » (biscuit fin)…

Petit rappel : né à Rio de Janeiro en 1950, Guinga (de son vrai nom, Carlos Althier Lemos Escobar) a accompagné des artistes tel que Clara Nunes, Beth Carvalho, Alaíde Costa, Cartola, João Nogueira.
Il a également composé pour Elis Regina, Michel Legrand, Sérgio Mendes, Leila Pinheiro, Chico Buarque, Ivan Lins….Et a collaboré avec des auteurs du calibre de Paulo César Pinheiro, Aldir Blanc, Chico Buarque, Nei Lopes, Francisco Bosco, Mauro Aguiar…et beaucoup d’autres…Un tel curriculum se dispense de tout commentaire…

1 commentaire:

Jeff a dit…

Trop beau !!!

CE BLOG EST DÉDIÉ AUX CURIEUX QUI AIMERAIENT CONNAÎTRE L'ART ET LA MUSIQUE POPULAIRE BRÉSILIENNE. UNE OCCASION POUR LES FRANCOPHONES DE DÉCOUVRIR UN MONDE INCONNU OU IL EST DE MISE DE LAISSER SES PRÉJUGES AU VESTIAIRE.