mercredi 26 janvier 2011

25/01 : Rodrigo Santos, « Best Of Brock»…

Rodrigo Santos, 25/01, Arpoador (photo Daniel A.)

-texto português em breve

S’il n’était pas impliqué de manière directe en tant qu’acteur dans ce mouvement musical, Rodrigo Santos -accompagné pour l’occasion de Fernando Magalhães (guitare « très électrique ») et de Kadu Menezes (batterie) - serait le leader d’un des meilleurs groupes de covers du Brock. Encore que ce terme se limite aux années 80.
Ce mardi 25 janvier, dans le parc « Garota de Ipanema », il nous a tout simplement régalé d’un « Best Of » de pop-rock brésilien, incluant bien sûr des classiques du Barão Vermelho, dont il est le bassiste depuis 1992 ; de Cazuza, Lobão (dont il fut musicien fin des années 80), de Kid Abelha (qu’il accompagna lors du méga succès du dvd Mtv acústico en 2002), de Paralamas de Sucessso, Secos & Molhados, Tim Maia, Lulu Santos, Skank, …et d’autres encore, avec qui il a collaboré.
C’est que, durant ce concert comme dans le dvd à venir en 2011, Rodrigo a décidé de raconter son parcours musical, ses nombreuses rencontres, et ses influences anglaises et américaines, comme en atteste son troisième album, « Waiting on a friend » (2010).
Depuis 2007, Le bassiste –profitant des congés répétés du Barão - a décidé d’entamer une carrière solo, et compte déjà trois albums à son actif…Un rythme particulièrement soutenu en cette époque du déclin du support physique « cd ».

Pour l’anecdote, j’ai retrouvé au fond de la mémoire de mon ordinateur, quelques clichés tirés en septembre 2008, lors d’un pocket show de Rodrigo, dans le défunt « Letras & Expressoes » d’Ipanema, durant lequel il avait invité un Paulinho Moska très rock, et Pepeu Gomes, le guitar hero n°1 du Brésil…Et mes tympans se souviennent encore du « combat » de solo épique -et de haute voltige- que se sont livrés, sur la même scène, Pepeu et Fernando Magalhães…(Fin de l’anecdote !)

Rodrigo Santos et Fernando Magalhães, 25/01, Arpoador (photo Daniel A.)

Rodrigo Santos n’est pas le prototype du bassiste taciturne à la Bill Wyman. Ce serait même plutôt un animateur de foule très efficace, plus impressionnant vocalement sur scène, où il se transcende, que sur ses albums. Bref, ajoutez à cela la guitare cinglante de Magalhaes et la batterie martelant de Menezes, et il ne fallait pas plus que ces trois musiciens expérimentés pour vivre un moment de pur rock (presque uniquement) brésilien.

3 commentaires:

Monica Noronha a dit…

Oi, Daniel
Não falo frances, espero que entenda portugues...
Li a reportagem sobre o blog no jornal, por isso escrevo. Se você se interessa pelas raízes da música no Brasil, não pode deixar de conhecer os trabalhos de mestres da música caipira. Conhece viola caipira, de 10 cordas? É um som maravilhoso. Além dos clássicos Tião Carreiro, Tonico e Tinoco, etc, têm artistas contemporâneos mestres em viola que, por preconceito, não chegam ao Rio. Procure no youtube os trabalhos de Roberto Correa, Paulo Freire, Renato Andrade, Ivan Vilela, Chico Lobo, por exemplo. São maravilhosos, artistas com formação em música clássica e que se dedicam a resgatar a música caipira. (É uma opinião pessoal, mas no Brasil essa é a nossa "música de raiz").
Um abraço
Monica

Daniel Achedjian a dit…

Oi Mônica...sim, coneço a musica caipira e o violao de 10 cordas. Além dos nomes que você citou, gostei do trabalho do Jaime Alem, mestre da Bethania, sobre este aspeito da musica de raiz...
abraço
e volte sempre

Monica Noronha a dit…

Ele eu não conheço, vou procura-lo no youtube.
Valeu pela dica.
Um abraço
Monica

CE BLOG EST DÉDIÉ AUX CURIEUX QUI AIMERAIENT CONNAÎTRE L'ART ET LA MUSIQUE POPULAIRE BRÉSILIENNE. UNE OCCASION POUR LES FRANCOPHONES DE DÉCOUVRIR UN MONDE INCONNU OU IL EST DE MISE DE LAISSER SES PRÉJUGES AU VESTIAIRE.