mercredi 23 mars 2011

Un groupe anti dépresseur : Móveis Coloniais de Acaju.


-texto português em breve

C’est un peu sur le tard que je suis rentré en contact avec la musique de cette bande de joyeux lurons réunit sous le nom étrange de Móveis Coloniais de Acaju (Les meubles coloniaux en Acaju).
Passant à São Paulo en novembre dernier, j’avais trouvé l’album « C-mpl-te » (« Complete »), dont les échos favorables m’avaient poussé à l’acquérir.
Inutile de dire que la séduction fut immédiate, avant même la fin de la première audition !
Dégageant une énergie particulièrement contagieuse, les 9 musiciens de Brasilia pratiquent une musique qui fusionne -ou plutôt enchaîne- le ska, le rock, le jazz, les musiques de l’est de l’Europe, et la pop. Un éclectisme qu’ils utilisent au service de chansons efficaces, d’arrangements dynamiques emmenés par les cuivres, et de textes plutôt drôles et/ou intelligents. D’où l’envie d’inclure cet album, à l’époque, dans mes coups de cœur de 2010…Seulement voilà, « C-mpl-te » était sorti sur le marché l’année précédente.

Par contre, bien en évidence dans les étagères de la Livraria Cultura du Conjunto Nacional (SP), le dvd « Ao vivo no Auditorio Ibirapueira », était bel et bien fraichement sorti en novembre 2010.
Après avoir visionner celui-ci, il est clair que le Móveis prend une autre dimension sur scène.
Mené au vocal par André Gonzáles, la bande semble composée de jeunes étudiants qui dansent et gesticulent comme s’ils fêtaient la fin de l’année scolaire.
Pas de look particulier, le seul point commun des musiciens est tout simplement le fun et le plaisir de jouer. Un plaisir qui contamine un public visiblement fidèle, qui danse sans répit, et qui connaît par cœur les titres des deux albums du groupe.

Mais derrière ces personnages sautillants, il existe surtout des musiciens techniquement affûtés qui s’adaptent à tous les styles qui se retrouvent parfois au sein de la même chanson : on commence par un ska, avant que n’arrive un break de jazz ou de musique tzigane, pour finir par du rock pur…Une prouesse qui demande une cohésion sans faille entre les instrumentistes, rodés par des milliers d’heures de concerts.
Móveis Coloniais de Acaju est loin d’être un nouveau groupe sur la scène brésilienne.
Derrière ce nom surréaliste, inspiré d’une fausse anecdote historique loufoque inventée par les membres (la Révolte de l’acajou de 1813 !), on trouve donc des natifs de Brasilia, qui, à partir de 1998, se sont formés dans les clubs de la Capitale fédérale pendant plusieurs années, avant de ressentir le besoin de se professionnaliser en 2003, sous la houlette de Rafael Ramos (producteur, entre autres, de Los Hermanos, Ultraje a Rigor, Matanza, Cachorro Grande, Pitty… )
L’album « Idem » sortira en 2005 (6 titres de celui-ci sont inclus dans le dvd) et le côté festif de leurs shows les distinguera sur les scènes brésiliennes mais aussi en Europe, qu’ils excursionneront en 2008.
En parallèle, le Móveis crée à Brasilia, le « Móveis convida », festival qui débute en 2005, et qui verra défiler des pointures du pop rock brésilien comme Patu Fu et Los Hermanos.
Et c’est en 2008 qu’ils commencent à réunir les chansons de leur excellent second album « C-mpl-te », qui prouve qu’au delà de leur présence scénique, ils possèdent un sens de la composition élaborée, où chaque membre semble actif dans la création des chansons.

Móveis Colonias de Acaju s’affirme à juste titre comme un des groupes les plus rafraichissants et intéressants de la scène indépendante brésilienne, auquel il est difficile de résister, tant sur disque que sur scène …Et leur musique est à déguster..que dis-je…à avaler goulûment sans modération...

2 commentaires:

Everton Estevão a dit…

Olá Daniel, prazer me chamo Everton, antes de mais nada quero parabenizá-lo pelo excelente trabalho que vem desenvolvendo no seu blog, confesso que fiquei muito feliz em saber que há pessoas como você disseminando a cultura brasileira na Bélgica. Sou de Recife mas moro no Rio de Janeiro, aprecio a MPB e os ritmos regionais, e sei o quão valiosa é nossa cultura, desde de já quero lhe agradecer pelo esforço e dedicação em difundir essas informações tão ricas do nosso Brasil. Com relação a banda Chico Science & Nação Zumbi quero aproveitar o ensejo e deixar aqui o link do meu canal no youtube(http://www.youtube.com/evertonestevao) onde posto materiais como: shows, documentários, clipes, fotos e todos os fragmentos que encontro sobre Chico Science e o movimento Manguebeat, vale a pena conferir! Gostaria também de aproveitar esse momento para perguntar se você tem alguma informação sobre um show realizado por Chico Science & Nação Zumbi em 30 de junho de 1995 no Viva Brasil Festival – Bruxelas – Bélgica, se houver qualquer material como vídeos, fotos ou entrevista, peço por gentileza que se possível compartilhe conosco essa raridade, o Brasil lhe agradece! Um forte abraço!

Sucesso!

att
--

Everton Melo

Daniel Achedjian a dit…

Caro Everton, eu segui todas as ediçoes do Viva Brasil até 1993. Depois fui viver 2 anos no Portugal e perdi as ediçoes seguintes, infelizmente...Mas vou me informar, ja porque tenho ainda todos as revistas do evento de 1988 até 1993 e gostaria ter as que me faltam...
Te deixo a par, sem duvida...
agradeço pela atençao
Daniel

CE BLOG EST DÉDIÉ AUX CURIEUX QUI AIMERAIENT CONNAÎTRE L'ART ET LA MUSIQUE POPULAIRE BRÉSILIENNE. UNE OCCASION POUR LES FRANCOPHONES DE DÉCOUVRIR UN MONDE INCONNU OU IL EST DE MISE DE LAISSER SES PRÉJUGES AU VESTIAIRE.